Entretiens

Page d'accueil Entretiens 

Pierre François Souyri est professeur à l’Université de Genève où il enseigne l’histoire japonaise. Il a dirigé la Maison franco-japonaise de Tokyo et  il est notamment l’auteur de Nouvelle Histoire du Japon (2010), Histoire du Japon médiéval : le monde à l’envers (2013) et, avec Constance Sereni, Kamikazes (2015). Son dernier livre porte sur le processus historique de modernisation du Japon et s’intitule « Moderne sans être occidental : aux origines du Japon d’aujourd’hui » (Gallimard, 2016).

Moderne sans être occidental : aux origines du Japon d’aujourd’hui


 
 
C’est avec un mélange d’admiration et de fierté que les élites arabes des débuts du XXe siècle avaient découvert le Japon. Certes, elles ignoraient tout du pays, mais le vainqueur en 1905 de l’empire russe représentait, à leurs yeux, la revanche de l’Orient sur un Occident dominateur depuis l’aube de la modernité économique et industrielle. Plus d’un siècle après que savons-nous vraiment de la modernisation du Japon ?

A l’occasion de la sortie de son dernier livre "Moderne sans être occidental : aux origines du Japon d’aujourd’hui" (Gallimard, 2016), Prologues a rencontré Pierre-François Souyri.

Dans l’interview qu’il a accordé à Prologues, le spécialiste du Japon médiéval et moderne, restitue le dynamisme historique qui a marqué le processus de la fulgurante modernisation du Japon.

 

Et si la modernité japonaise a souvent été perçue comme le fruit d’une assimilation rapide d’éléments exogènes, P. F. Souyri invite les lecteurs à se départir d’une vision euro-centrée, et montre, en s’appuyant  sur l’historiographie japonaise, les origines endogènes des multiples ruptures économiques, sociales, culturelles et politiques qu’a connues le Japon depuis la « Rénovation de Meiji » (1868). Il restitue aussi la richesse et la complexité des débats au Japon du XIXe siècle entre les tenants des Lumières occidentales et ceux de la tradition, et montre comment les premiers ont été marginalisés en faveur d’une réinvention de la tradition et de la construction d’une nouvelle idéologie officielle moderne.

Ajouter un Commentaire

Actualiser
+